accueil
Contact
Contact
Médias
Médias
Contact
 
accueil
Facebook
 
Campagne de financement Justice Pour Didier Berry
   

Résumé du cas
Par le Comité Justice Didier Berry

 

Le 24 octobre 2012, en voulant filmer l’arrestation d’un de ses amis, le cinéaste et intervenant social Didier Berry est étranglé, insulté, poivré et violemment battu par un groupe de policiers. L’attaque est si violente que M. Berry, fini par perdre connaissance. 

Lorsqu’ il revient à lui, il est couché au sol, menotté et le visage ensanglanté. On lui donne un coup de pied dans les parties génitales. Il est reconduit à l’hôpital Notre-Dame où le docteur en service note les multiples blessures laissées par l’agression. 

L’officier accompagnateur remet à M. Berry une contravention citant des accusations de "voie de fait" et "d’entrave contre un agent de la paix". Alors que les policiers impliqués dans cette agression partent librement.

Depuis cette date, Didier Berry et ses avocats ne cessent de réclamer la collaboration et la transparence du Service de Police de Montréal. Pour que justice soit rendue, Didier Berry a déposé, le 22 avril 2013, une plainte au civil contre le SPVM et les agents impliqués dans son agression.

La Campagne…

Biographie Didier Berry

Didier  Berry est né en octobre 1978.
Fils de Berthony  Berry, ministre communiste des affaires sociales  en Haïti et millitant antiduvaliériste et Marcelline Michel, infirmière pendant 35 ans a l’hôpital Notre-Dame.

Bachelier en sociologie et cinéma en 2002 à l’Université de Montréal
il délaisse tranquillement sa maitrise après avoir travaillé pendant deux ans comme assistant de recherche au CEETUM (Centre d'études ethniques de l'Université de Montréal) pour se consacrer au cinéma en 2004. Il fini son premier film Héritage Vaudou qui, à cette époque s’éloigne des sentiers battus pour découvrir plus largement la culture vaudou. Succès au festival Vues d’Afrique, il gagne le prix Regard Canadien et devient le plus jeune réalisateur d’origine haïtienne reconnu. Énormément présent sur la scène World Beat locale et internationale il rencontrera plusieurs artistes mondialement connu  comme B.B.King, Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly , Angeli Kidjo, Iam -  et filmera en dix ans environ plus de 1000 heures d’évènement et d’artistes locaux et internationaux.

Il ouvre avec son ami Jerry Jourdan MBETV.com où il s'investi notamment comme journaliste d'enquête a l’écrit et visuellement. Notamment dans le cas Freddy Villanueva, le G20 de Toronto et le dossier des ressources  naturelles en Haïti. En 2010, il orchestre avec l’équipe de MBETV le premier aveu filmé sur les ressources naturelles en Haïti telles que l’or, le pétrole et l’iridium d’un officiel en service soit le premier Ministre Jean-Max Bellerive. Même exercice quelque mois plus tard avec Michel Martelly. Toujours avec l’équipe de MBETV il participe à la promotion du remboursement par la France de la dette d’Haïti. En 2008, il passe à l’émission de Claude Poirier le vrai négociateur pour le sensibiliser face à l’image stéréotypé qui est faites des jeunes noirs dans les médias.

Il a participé à plusieurs émissions de radio – conférence – et autres interventions médiatiques pour parler de ses projets et luttes. Il travaille comme intervenant, formateur et vidéaste sur différents projets depuis 2003. Et, il a réalisé et produit quatre documentaires dont deux avec le Cidihca.

En octobre 2012, à 33 ans sa vie bascule, alors qu’il vient de devenir père. En voulant filmer l’arrestation d’un de ses amis il est brutalement étranglé, insulté et battu jusqu’à en perdre connaissance. Lorsqu’il se réveille, il est menotté par derrière, la face plaquée au sol dans son sang. Il reçoit alors un coup de pied dans les parties génitales. Finalement amené à l’hôpital le policier le laisse seul, sans surveillance, en lui remettant des accusations d’entrave et de voies de faits. Après quelques heures, l’urgentologue constate les multiples blessures. 

Le 26 avril 2013, toujours sans nouvelles des accusations qui pèsent contre lui et surtout dans un besoin de justice Didier Berry pose une plainte au civil contres ses agresseurs. C’est à partir de cette initiative et de plusieurs apparitions médiatiques qu’un groupe de citoyens s’organise pour le supporter.  À ces citoyens s’ajoutent plusieurs personnalités artistiques et politiques dont Amir Khadir et Frantz Benjamin et des organismes tels que la ligue des droits et libertés.

Maintenant, la justice pour les victimes de brutalité policière devient une de ses priorités et il participe à la création du premiers fonds consacrés à poursuivre les policiers agresseurs : FADAP initié par le comité Justice Didier Berry.

  

Pour supporter notre campagne de financement, nous vous invitons à faire un don par carte de crédit, carte banquaire ou compte Paypal. Merci!


Soutien et Partenaires
 


Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

 

À Montréal, le 10 août 2013_ Le 24 octobre dernier, la vie de Didier Berry a basculé. Effectivement, voulant filmer une arrestation d’un de ses amis par le Service de Police de la Ville de Montréal, il a été étranglé, frappé et insulté par les policiers. Depuis cette date, il ne cesse de réclamer la collaboration et la transparence du SPVM dans le traitement de son dossier.  Il a est accusé d’entrave à la justice et de voie de fait injustement. Un événement de levée de fonds aura lieu le samedi 31 août 2013 au Cabaret du Mile-End pour lui venir en aide. Un soutien politique existe et parmi ceux qui le soutiennent, Amir Khadir, député de Mercier, et Frantz Benjamin, conseiller municipal, prendront brièvement la parole. Son objectif : amasser 10 000$ pour pouvoir porter plainte contre le SPVM. En plus de toutes les surprises au menu, les artistesBoogatPaul CargnelloKalmunity et Emrical seront là pour faire vibrer un public engagé pour la transparence et une société juste.


Il y a urgence, pensons-nous, car les policiers impliqués sont peut-être toujours en service. Le chef de la Police de Montréal, Marc Parent, ainsi que le Ministre de la Sécurité Publique,  Stéphane Bergeron, sont au fait de l’histoire. Que se passe-t-il ? Quel message envoient-ils à la population ? Pour en savoir davantage sur le fond de l’histoire et toute la couverture médiatique : 
www.justicedidierberry.com .


L’affaire est étrange et de nombreux média comme Radio-Canada, CBC, La Presse, Le Journal de Montréal, The Gazette, et TVA, ainsi que des élus, en ont fait état. “C’est très facile pour les policiers de recourir à l’accusation d’entrave ou de voie de fait” a rappelé Dominique Peschard, de la Ligue des Droits et Libertés, lors d’une édition de l’émission Enquête de Radio-Canada. Enquête y exposait justement les cas de 4 citoyens, dont Didier, qui sont aux prises avec les mêmes accusations (20 mars 2013). Amir Khadir, député de Mercier, a qualifié cette « attitude du SPVM désolante et décevante», dans une lettre qu’il a adressée au Ministre de la Sécurité Publique et au chef du SPVM. « Je ne veux pas faire de votre cas un cas public » a déclaré enfin Marc Parent, chef du SPVM, lors d’une commission sur la sécurité publique tenue l’Hôtel de Ville de Montréal, le 23 mai dernier.


 


© 2013 justice Didier Berry, Tous droits réservés.